North American Division

PUC offre aux élèves du lycée de St. Helena un cours révolutionnaire sur les techniques de conservation.

Le Pacific Union College [Université de l’Union du Pacifique] (PUC) a lancé une collaboration inédite avec le lycée de St. Helena, donnant ainsi aux élèves l'occasion d'apprendre comment la technologie est appliquée aux défis environnementaux auxquels ils sont confrontés dans leurs propres communautés locales et au-delà, notamment les graves sécheresses et les incendies de forêt. Le cours de dix semaines se déroulera en personne sur le campus de PUC et donnera aux étudiants la possibilité de suivre des modules universitaires.

« Il s'agit d'un projet très avant-gardiste qui fait appel à de multiples intérêts locaux et les combine d'une manière très moderne », a déclaré Benjamin Scinto, directeur de St. Helena.

Le nouveau partenariat avec St. Helena intervient au moment où PUC lance un programme de premier cycle en technologie de la conservation, le premier du genre. Dirigé par Scott Butterfield, le programme prépare les étudiants à des carrières dans les professions liées à l'environnement, notamment la technologie de la conservation. Les étudiants qui terminent le programme de quatre ans recevront une licence en technologie de la conservation.

Butterfield est le professeur de technologie de la conservation de PUC. Écologiste local, il est le scientifique principal du programme foncier et de la stratégie de restauration stratégique de The Nature Conservancy dans la vallée de San Joaquin. Butterfield a plus de 20 ans d'expérience dans le domaine de la conservation et a publié plus de 40 articles et rapports évalués par des pairs.

Le terme « technologie de conservation » est relativement nouveau, mais l'application de la technologie à la gestion de l'environnement ne l'est pas, a déclaré Butterfield. Des technologies plus anciennes, comme le GPS, le SIG et les caméras de surveillance de la faune, ont été utilisées dans toute une série de domaines scientifiques. Les scientifiques utilisent également des outils plus modernes, notamment la télédétection, les drones, l'intelligence artificielle, le codage/programmation, l'ADN électronique et les applications mobiles.

L'introduction du cours de Butterfield commence généralement par parler de certaines des technologies avec lesquelles les étudiants sont déjà familiarisés. Néanmoins, de nouvelles technologies émergent constamment.

« Nous sommes dans cette vague que les gens appellent "la troisième révolution industrielle", et les technologies de la conservation en font partie », explique Butterfield. « Les facteurs de stress environnementaux sont si graves qu'il y a maintenant un domaine qui se construit autour d'eux. La technologie est actuellement développée et appliquée spécifiquement pour les défis environnementaux. C'est une période passionnante ! »

Les étudiants en technologie de la conservation peuvent poursuivre leur carrière en sciences de l'environnement ou en biologie, mais ils ne sont pas limités à ces domaines. « Ces compétences et les outils que les étudiants apprennent sont largement applicables sur le marché du travail », a déclaré Butterfield. « Ils vont toucher de nombreux emplois et domaines d'études différents à l'avenir. »

Le partenariat avec St. Helena s'inscrit dans le cadre de l'engagement renouvelé de PUC en faveur de la sensibilisation des communautés locales. Bien que le lycée ne soit qu'à seize kilomètres de l'université, de nombreux membres de la communauté ne savent pas grand-chose à son sujet.

« C'est une excellente façon pour PUC de rendre à la communauté ce qu'elle a reçu et de lui faire savoir ce qui est offert au collège », a déclaré Butterfield.

Les étudiants de St. Helena savent eux-mêmes à quel point les questions environnementales sont vitales et quels sont les défis à relever non seulement en Californie du Nord, mais aussi dans le monde entier.

« Dans le monde actuel, tout ce que nous voyons dans les nouvelles, ce sont de grandes crises environnementales qui se produisent, de l'élévation du niveau de la mer et de l'augmentation des menaces d'incendie aux tsunamis, aux ouragans et au réchauffement de la planète », a déclaré Butterfield, un parent d'élèves de St. Helena. « La pandémie de la COVID mise à part, nous avons eu beaucoup de facteurs de stress dans notre environnement au cours des deux dernières années. Nous avons été évacués deux fois à cause de feux de forêt qui sont dus à la gestion des forêts et au changement climatique. Nous avons récemment connu des vagues de chaleur extrême. Il y a quelques semaines à peine, nous avons eu une chaleur de 38oC, ce qui correspond au climat de Palm Springs. »

Les quelque deux douzaines d'étudiants de St. Helena suivront le cours d'introduction à la technologie de la conservation qui les initiera à la technologie dans les domaines de la conservation et de la science. PUC fournit le transport pour que les étudiants puissent assister aux cours sur le campus.

« Si les étudiants en savent suffisamment sur les problèmes environnementaux et sur la manière de les affronter, ils peuvent faire le tri et avoir une compréhension plus éclairée des nouvelles qui les concernent », a déclaré Butterfield.

Un jour, Butterfield espère que ceux qui suivront le cours et s'inscriront au programme de premier cycle se dirigeront vers des carrières épanouissantes dans le domaine des sciences de l'environnement et peut-être même, un jour, prendre son propre poste.

PUC propose un programme College Early qui permet aux étudiants d’obtenir jusqu'à six crédits à un coût réduit. Lindsay Morton, doyenne adjointe de PUC, a déclaré que l'université peut être « une entreprise coûteuse, et la transition entre le lycée et l'université peut être difficile ». Elle ajoute : « Nous voulons faciliter cette transition en offrant aux étudiants des cours en personne et en ligne à un tarif réduit afin qu'ils puissent prendre de l'avance et avoir un avant-goût de l'université avant d'arriver sur le campus. Bien que nous aimions notre université sur la montagne, nous voyons le besoin de soutenir et d’offrir des ressources dans nos lycées. »

Scinto a déclaré qu'il était un défenseur des possibilités de double inscription et d'inscription simultanée pour les étudiants. Le lycée de St. Helena propose 13 cours de niveau universitaire.

« Le cours que Scott a décrit ne ressemble à rien de ce que nous offrons à la SHHS – un aspect qui, selon moi, capitalisait sur les divers intérêts des élèves », a déclaré Scinto.

Dans une lettre récemment publiée dans le St. Helena Star, Scinto a remercié le groupe de parents d'élèves du lycée St. Helena et la fondation des lycées publiques St. Helena pour avoir parrainé les étudiants qui suivent le cours de technologie de la conservation enseigné par Butterfield.

« PUC est une ressource locale formidable », a déclaré Scinto. « J'attends avec impatience les futures collaborations ».

L'article original a été publié sur le site de la Division nord-américaine.