Eglise chef joint à l'appel de l'ONU pour mettre fin à la violence contre les femmes

"La véritable ampleur de cette violence dans le monde, et les nombreuses formes différentes qu'il prend, n'est pas très connu», explique Ardis Stenbakken,

New York, NY, USA | Bettina Krause / ANN

Le «épidémie mondiale de violence contre les femmes et les filles» a été condamné la semaine dernière dans un rapport publié par l'Organisation des Nations Unies pour l'enfance UNICEF agence. Citant une série de violations, y compris la violence domestique, les mutilations génitales féminines, les avortements sélectifs, et la faiblesse des lois contre le viol, le rapport de l'UNICEF affirme que dans certains pays plus que la moitié de la population féminine sont victimes de violence sexuelle, physique ou mentale.

"La véritable ampleur de cette violence dans le monde, et les nombreuses formes différentes qu'il prend, n'est pas très connu», explique Ardis Stenbakken, directeur des Ministères de la femme pour l'Eglise adventiste du septième jour dans le monde entier. «Nous nous sommes engagés à la sensibilisation à ces questions, et à travailler avec les agences humanitaires et autres organisations religieuses à l'égard des solutions pratiques."

«Dans de nombreuses sociétés, les femmes ont peu de droits, et encore moins de places de refuge si elles rencontrent la violence", ajoute Stenbakken, pointant vers le commerce du sexe florissante d'Europe orientale, Asie du Sud et Amérique du Sud (voir ANN Février 29) et pour les deux million-plus les femmes qui subissent les mutilations génitales féminines chaque année (voir ANN 25 avril). «Mais ce n'est pas seulement un problème de« monde en développement ", ajoute-elle. «Il est important de reconnaître que la violence familiale est répandue également subis par les femmes en Occident."

Selon le rapport de l'UNICEF, un tiers de toutes les femmes canadiennes sont soumises à la violence de leur mari au moins une fois. Le rapport a également suivi les taux d'assassiner conjoint, estimant que les femmes russes sont de deux et demi fois plus susceptibles d'être assassinées par leur partenaire que les femmes aux États-Unis, mais que les femmes américaines sont deux fois plus susceptibles d'être tuées par leur partenaires comme les femmes dans les pays occidentaux européens.

En tant que chrétiens, dit Stenbakken, l'Église adventiste soutient les efforts de l'UNICEF pour faire face à la détresse des femmes du monde entier qui ont été touchées par la violence. «Le Christ, quand Il était sur terre, nous a montré que nous avons une responsabilité à l'impuissance de la société. Tout comme Il a cherché les malades, les démunis et les pauvres, nous voulons aussi être des participants actifs dans les efforts pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles, qui sont souvent les membres les plus marginalisés de la société. "

Le rapport de l'UNICEF, examiné à une réunion de l'ONU à New York le 5 Juin, les appels à une meilleure protection juridique pour les femmes du monde entier et affirme que «les gouvernements devraient s'assurer qu'il n'y ait pas d'impunité pour les auteurs de violence domestique et que des incidents de violence familiale sont étudiés et punis. "

arrow-bracket-rightCommentairescontact