Réponse mitigée au Sommet mondial religieux

Réponse mitigée au Sommet mondial religieux

Les réunions, qui s'est déroulé du 28 au 31 août à New York, visant à encourager le dialogue sur la religion peuvent jouer dans la réduction des conflits et la violence dans le monde.

Le Sommet du millénaire de paix mondial des leaders religieux et spirituels, qui a attiré quelque 1000 participants représentant plus de 70 traditions religieuses, a attiré des réactions mitigées. Les réunions, qui s'est déroulé du 28 au 31 août à New York, visant à encourager le dialogue sur la religion peuvent jouer dans la réduction des conflits et la violence dans le monde.

Jonathan Gallagher, directeur de liaison des Nations Unies (ONU) pour l'Eglise adventiste du septième jour, rapporte que tandis que beaucoup ont applaudi l'occasion pour le dialogue interreligieux avec les dirigeants de diverses confessions présentes, des inquiétudes demeurent sur l'agenda et la composition du Sommet.

«Bien que le Sommet n'est pas un événement officiel de l'ONU, il a le soutien de l'organisation», affirme M. Gallagher. «La reconnaissance par le Secrétaire général de l'importance de la religion est bien accueilli, comme c'est son insistance sur le droit à la liberté de religion."

Le Secrétaire général Kofi Annan a déclaré dans son allocution au Sommet, le 29 août que la religion est «un royaume de puissance extraordinaire."

«La religion nous aide à trouver notre place dans le cosmos, elle tricote des familles et des communautés ensemble, il dote les individus avec compassion et la morale", a déclaré M. Annan. "Que l'on croit, sans question ou se bat avec doute; si l'on fait partie d'une communauté religieuse ou vénère dans l'intimité de l'âme, pratiques et croyances religieuses sont parmi les phénomènes qui nous définissent en tant qu'êtres humains."

Mais les droits religieux doivent être défendus, a déclaré M. Annan. «Laissez-nous aujourd'hui, de ce grand centre de la communauté mondiale, nous réaffirmons chaque homme et le droit fondamental des femmes à la liberté de religion: le culte; pour établir et maintenir des lieux de culte; pour écrire, publier et d'enseigner; de célébrer les fêtes, de choisir leur propres chefs religieux, et de communiquer avec les autres à la maison et à l'étranger.

«Où les religions et leurs adeptes sont persécutés, calomniés, agressés ou refusé un procès équitable, nous sommes tous diminués, nos sociétés minées», a déclaré M. Annan. "Il doit y avoir aucune place dans le 21e siècle pour le sectarisme et l'intolérance religieuses."

Pourtant, les pratiques de la manière d'atteindre ces idéaux restent un sujet de débat, affirme M. Gallagher. "Certains représentants exprimé des inquiétudes sur l'ordre du jour du Sommet et de son but. Plus précisément, les délégués ont demandé pourquoi un certain nombre de groupes chrétiens, y compris l'Église adventiste, n'avait pas été invité, et quelles étaient les intentions des bailleurs de fonds de l'événement. "Le Sommet a été financée en partie par le magnat des médias Ted Turner, et un groupe de sociétés qui soutiennent le Fonds Turner monde meilleur, une fondation de l'ONU.

"D'autres préoccupations centrées sur le rôle que serait joué par le projet de Conseil consultatif international de dirigeants religieux et spirituels. Toute tentative de travailler à une sorte de «monde unifié religion» ou de simples religieuses voix-comme certains le proposent, serait vouée à l'échec », conclut Gallagher.