Française anti-sectes loi viole des droits fondamentaux de l'homme, déclare le leader Adventiste

La loi, qui a été adoptée par l'Assemblée nationale de la France sur Juin 22, et est en attente d'approbation par le Sénat

La loi, qui a été adoptée par l'Assemblée nationale de la France sur Juin 22, et est en attente d'approbation par le Sénat

Un projet «anti-secte" la loi, actuellement en instance dans la législature de la France, viole le droit international des droits humains en protégeant la liberté de croyance religieuse, dit le Dr John Graz, secrétaire général de l'Association Internationale de la Liberté Religieuse.

La loi, qui a été adoptée par l'Assemblée nationale de la France sur Juin 22, et est en attente d'approbation par le Sénat, prévoit la dissolution des groupes qui s'adonnent à des activités dont la «manipulation mentale». S'adressant à un groupe des droits civils et militants la liberté religieuse, à Washington, DC, le 13 Juillet, Graz a appelé la loi "intrinsèquement discriminatoires" et une "nouvelle étape dans la guerre idéologique contre la liberté religieuse en France." La réunion Juillet, intitulé «The State vs Religion en France", a été convoquée par la guerre civile droits collectifs Institut sur la Religion et Publicy publique.

La loi stipule proposé que son intention est de «fournir aux particuliers et les pouvoirs publics comme avec les nouvelles causes d'action pour leur permettre de paralyser les activités des organisations de culte." Parlement de la France a dressé une liste de 172 sectes qui comprend les scientologues, Unificationists et Jéhovah Témoins.

"Notre souci n'est pas avec le désir du gouvernement français pour protéger leurs citoyens contre la violence potentielle fait au nom de la religion», explique Graz, qui est également directeur du Service des affaires publiques et le département de la Liberté Religieuse pour l'Eglise adventiste du septième jour dans le monde entier . "Mais cet objectif peut être atteint par la mise en œuvre de la loi pénale en vigueur. Il n'est pas nécessaire d'adopter une législation visant spécifiquement la religion. "Graz cite le professeur Jacques Robert, ancien membre du Constitutionnel français Couseil et président du Centre français de droit comparé, qui dit« Les sectes ne sont pas au dessus des lois, pas plus que tout d'autres groupes religieux. Si elles sont coupables d'actes criminels, puis traiter avec eux, mais pas à travers une chasse aux sorcières ».
Graz listes d'autres préoccupations au sujet de la proposition de loi, y compris les vagues, les critères utilisés pour définir malléables "sectes" et l'absence de précédent judiciaire ou une définition pour le nouveau délit de "manipulation mentale".

Bien que l'Église adventiste n'est pas inclus sur la France "liste des sectes", Graz dit qu'une telle législation crée un environnement dans lequel tous les groupes religieux minoritaires face à la discrimination et l'hostilité croissante. Il souligne le nombre croissant de difficultés rencontrées par les étudiants adventistes et des enseignants en France qui demandent des exemptions de la fréquentation scolaire, le samedi (jour de culte). Malgré l'existence d'un accord de longue date avec l'Etat pour permettre une telle exemption pour Sabbatariens, les rapports sont en plus d'étudiants contraints de fréquenter l'école le samedi et des enseignants menacés de perdre leur emploi sur la question, dit Graz.

Ce projet de loi ne représente pas «la tradition française de la tolérance», affirme Graz ", mais est le résultat de la politique actuelle de l'intolérance contre les minorités religieuses en France. En tant qu'église, nous croyons que le droit de choisir sa religion, ou de n'avoir aucune religion, est une liberté fondamentale que nous avons la responsabilité de promouvoir et de défendre. "