Une neuroscientifique adventiste lance un défi aux jeunes adventistes pour trouver leur identité et leur but lors de la convention Maranata au Brésil.

Une neuroscientifique décrit certains outils que le cerveau humain possède pour réussir avec l'aide de Dieu.

La neuroscientifique Rosana Alves a expliqué pourquoi les jeunes adventistes du septième jour doivent lutter pour leur identité, et comment ils peuvent le faire, lors d'une séance plénière à la Convention des Jeunes Maranata de la Division sud-américaine à Brasilia, au Brésil, le 30 mai 2024.

La neuroscientifique Rosana Alves a expliqué pourquoi les jeunes adventistes du septième jour doivent lutter pour leur identité, et comment ils peuvent le faire, lors d'une séance plénière à la Convention des Jeunes Maranata de la Division sud-américaine à Brasilia, au Brésil, le 30 mai 2024.

[Photo : Ellen Lopes]

« Y a-t-il parmi vous quelqu'un qui est arrivé à cet événement à la recherche d'un grand amour ? » a demandé la neuroscientifique Rosana Alves à la foule présente à la séance plénière du matin lors de la Convention des jeunes de la Division sud-américaine Maranata à Brasilia, au Brésil, le 30 mai 2024. « Aujourd'hui, nous allons discuter de la manière d'avoir les meilleures relations », a-t-elle ajouté.

Alves, qui a étudié pendant des décennies des sujets liés au cerveau humain et à la psychologie, a utilisé l'histoire biblique de la première tentation de Jésus pour aider les jeunes adventistes à comprendre les défis auxquels ils sont confrontés et ce qu'ils doivent faire à ce sujet.

« Satan exploitera toujours au maximum nos faiblesses... ceux d'entre nous qui pourraient avoir une faiblesse émotionnelle... ceux d'entre nous qui sont nés avec une vulnérabilité ou une faiblesse génétique... dépression, anxiété, trouble bipolaire, a déclaré Alves. Il essaiera de convaincre les filles abusées d'accepter n'importe quel type d''amour' ou de se fermer à une vie d'interactions affectives positives et significatives. »

Un combat pour notre identité

Selon Alves, Satan ne veut pas que vous sachiez que vous avez un Dieu qui prend soin de vous même au milieu de vos faiblesses. « Tout comme il l'a fait avec Jésus, son objectif est de voler notre identité, a-t-elle déclaré. Mais notre identité vient du ciel, notre génétique vient de Dieu. N'oubliez jamais cela. »

Alves a souligné certaines manières par lesquelles Satan cherche à détruire notre identité. Elle a cité les dernières études scientifiques montrant des preuves que toute quantité d'alcool est nocive, et qu'il n'existe pas de concept de « consommation sociale » d'alcool. Elle a également cité des études démontrant comment les rapports sexuels avant le mariage augmentent significativement les problèmes physiques et émotionnels à long terme, y compris les idées suicidaires.

La raison des attaques de Satan est claire. « Il a perdu son identité céleste, et maintenant il est jaloux de vous tous, a-t-elle dit. Mais si nous nous en tenons à l'identité que Dieu nous donne, nous avons la certitude, la garantie d'une vie heureuse et abondante. »

Réfléchissant à nouveau sur la première tentation de Jésus dans le désert, Alves a appelé les jeunes adventistes à choisir les voies de Dieu plutôt que les offres de Satan. « Vous devez prendre la décision d'accepter les pierres que Satan vous offre maintenant ou d'attendre le banquet que Dieu a préparé pour vous », a déclaré Alves.

« Vous avez une génétique céleste ! Vous appartenez à Dieu ! » a déclaré la neuroscientifique Rosana Alves à des milliers de jeunes lors de la convention de jeunesse Maranata le 30 mai.

« Vous avez une génétique céleste ! Vous appartenez à Dieu ! » a déclaré la neuroscientifique Rosana Alves à des milliers de jeunes lors de la convention de jeunesse Maranata le 30 mai.

Photo : Naassom Azevedo

Un jeune homme interprète le programme du 30 mai en langue des signes brésilienne Libras au stade BRB Mané Garrincha à Brasilia, au Brésil.

Un jeune homme interprète le programme du 30 mai en langue des signes brésilienne Libras au stade BRB Mané Garrincha à Brasilia, au Brésil.

Photo : Damáris Gonçalves

Les participants à la convention de jeunesse Maranata à Brasilia, au Brésil, réagissent au service du matin le 30 mai.

Les participants à la convention de jeunesse Maranata à Brasilia, au Brésil, réagissent au service du matin le 30 mai.

Photo : Naassom Azevedo

Une jeunesse confuse

Des enquêtes récentes ont révélé que la plupart des jeunes Brésiliens valorisent la science et souhaitent que le gouvernement investisse dans ce domaine, mais en même temps, ils ne peuvent pas nommer un seul scientifique brésilien, a rapporté Alves. La source la plus courante de « connaissances » scientifiques est les réseaux sociaux, reconnaît l'étude. La même enquête a montré que 67 pour cent des jeunes Brésiliens ne peuvent pas différencier les faits des opinions. Lorsqu'on leur demande de rechercher sur un sujet spécifique, ils reconnaissent que leur source principale est ce que disent les influenceurs sur les réseaux sociaux.

Mais, a déclaré Alves, les jeunes adventistes devraient être différents. « Le fait que vous soyez ici montre que vous savez mieux, a-t-elle dit. Vous avez été choisis pour aider ces jeunes aux identités confuses. »

Une tendance préoccupante au Brésil et dans le monde entier est ce qui a été appelé « agamie », ces millions de jeunes qui ne sont pas impatients de se marier, de fonder une famille et d'avoir des enfants. « Ces jeunes fuient toute relation étroite avec un autre être humain, a déclaré Alves. Ils évitent toute relation romantique ou intime impliquant un quelconque engagement. »

Elle a expliqué quelle est la préoccupation principale de cette génération. « L'environnement », a déclaré Alves. « Ils veulent sauver l'environnement, la planète, mais pour quoi faire ? Ils ne veulent pas se marier ni avoir d'enfants, alors, qui va vivre sur une telle planète ? »

Alves a mentionné d'autres problèmes affectant notre identité, comme l'épidémie de solitude, qui, selon certaines études, « est plus nocive que de fumer 15 cigarettes par jour », a-t-elle déclaré. « Des millions de jeunes ne veulent pas partager de moments significatifs avec qui que ce soit, mais en même temps, ils sont désespérés d'avoir quelqu'un à qui parler. Comprenez-vous la confusion dans laquelle ils vivent ? »

Comme antidote à cela, Alves a appelé les jeunes adventistes à devenir « experts en résolution de problèmes », pour aider d'autres jeunes confus à trouver leur identité.

Le rôle de la régulation émotionnelle

Dieu ne nous dit pas seulement ce que nous devons faire ; il nous montre également les moyens d'atteindre ce qu'Il attend de nous, a déclaré Alves. Dans les minutes suivantes, elle a partagé quelques outils ou voies vers l'épanouissement relationnel.

L'une d'elles est la régulation émotionnelle, a déclaré Alves, qui nous aide à faire face aux défis de la vie sans abandonner et à profiter d'une santé émotionnelle. « La régulation émotionnelle met un frein lorsque j'essaie de faire quelque chose que je sais ne pas devoir faire », a-t-elle expliqué.

Elle a également expliqué que c'est quelque chose qui doit être appris dès le début, « que je ne devrais pas avoir tout ce que je veux, quand je le veux, et de la manière dont je le veux. » Elle a ajouté, « C'est quelque chose que vous devez apprendre avec l'aide de Jésus. »

La réévaluation cognitive

En même temps, un autre outil, la réévaluation cognitive, peut nous aider à développer notre régulation émotionnelle, a expliqué Alves. « Une réévaluation cognitive nous aide à nous arrêter et à réfléchir à ce que nous sommes censés faire. »

Elle a expliqué que nombre de nos réactions sont basées sur le système limbique de notre cerveau. C'est là que résident les émotions profondes. Ces émotions peuvent être utiles pour produire des changements intentionnels. « Par exemple, la tristesse est une émotion qui nous aide à réfléchir, a déclaré Alves. Elle nous aide à décider si nous allons continuer sur le même chemin que nous suivions, ou si nous préférerions en choisir un différent. »

En conséquence, Alves a expliqué qu'un cerveau humain comprend une structure que aucun animal ne possède, où siège le libre arbitre. « Dieu l'a créé ainsi parce qu'Il nous a faits à Son image, a-t-elle déclaré. Et Il souhaite nous aider à développer la capacité de réaliser des réévaluations cognitives, car cela est lié à notre identité. »

Un sentiment d'appartenance

Ce qu'il manque à beaucoup de personnes dans ce monde , c'est un sentiment d'appartenance, de savoir qu'elles appartiennent à Quelqu'un, a souligné Alves. « Ils manquent de la vision du monde qui leur permet de comprendre que bien au-delà du fait que nous sommes nés et vivons ici de manière aléatoire, Dieu nous a choisis pour une mission spéciale », a-t-elle déclaré. Alves a expliqué que cette prise de conscience donne un sens à nos vies. Car « bien plus important que d'appartenir à quelqu'un ici, à votre père et à votre mère, à trouver un partenaire de vie et à avoir des enfants, c'est le fait que vous appartenez au royaume de Dieu. Vous avez une génétique céleste ! N'oubliez jamais cela ! a-t-elle dit. Vous appartenez à Dieu ! »

L'article original a été publié sur le site web d'Adventist Review.

Sujets

S'inscrire