La rencontre sur la liberté religieuse commémore 130 ans de mobilisation

North American Division

La rencontre sur la liberté religieuse commémore 130 ans de mobilisation

Le neuvième congrès mondial de l'IRLA encourage les participants à réfléchir et à agir pour le bien de tous.

Environ 200 dirigeants, universitaires et défenseurs de la liberté religieuse du monde entier se sont réunis pour le neuvième congrès mondial de l'Association internationale pour la liberté religieuse (IRLA) à Silver Spring, dans le Maryland (États-Unis), du 21 au 23 août 2023.

Dans le cadre de cet événement international, les participants ont été invités à débattre d'une « compréhension globale de la liberté de religion ou de conviction en tant que droit de l'homme fondamental », ont déclaré les organisateurs.

En 2023, l'Association internationale pour la liberté religieuse célèbre 130 ans de défense de la liberté religieuse et de la liberté de conscience. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
En 2023, l'Association internationale pour la liberté religieuse célèbre 130 ans de défense de la liberté religieuse et de la liberté de conscience. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Dans son allocution du 21 août, Ted N. C. Wilson, président de la Conférence générale des adventistes du septième jour, a accueilli les participants en leur rappelant l'importance historique de la dénomination sur ce sujet.

« Les pionniers adventistes (...) ont vu dans la liberté religieuse une valeur incontestable sans laquelle notre humanité même risquerait d'être diminuée et altérée », embrassant ainsi « la valeur inestimable de la liberté religieuse et le fondement de la liberté elle-même », a déclaré Ted N. C. Wilson.

Le président de la Conférence générale, Ted N. C. Wilson, rappelle aux participants que l'Église adventiste du septième jour défend depuis longtemps la liberté religieuse et la liberté de conscience. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
Le président de la Conférence générale, Ted N. C. Wilson, rappelle aux participants que l'Église adventiste du septième jour défend depuis longtemps la liberté religieuse et la liberté de conscience. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Wilson a raconté comment les pionniers adventistes ont lutté contre l'oppression des autres, l'esclavage et les premières tentatives de lois sur le dimanche. « Les dirigeants adventistes ont officiellement adopté un pacte de solidarité avec l'ensemble de la famille humaine en défendant la liberté religieuse », a-t-il rappelé aux participants.

Y CROYONS-NOUS VRAIMENT ?

Le programme d'ouverture comprenait les mots de l'ambassadeur John R. Nay, président de l'IRLA, qui a réfléchi aux implications du soutien à la liberté religieuse. « Nous disons que nous croyons en la liberté de religion pour tous, a-t-il déclaré, mais y croyons-nous vraiment dans nos cœurs ? » Nay a invité son auditoire à ne pas se contenter de soutenir la liberté de religion uniquement pour leur propre groupe, religieux ou autre, mais à adopter un plaidoyer qui tienne compte de chaque être humain.

Le président de l'IRLA, l'ambassadeur John Nay, a appelé les participants à réfléchir aux implications du soutien à la liberté religieuse pour tous les peuples. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
Le président de l'IRLA, l'ambassadeur John Nay, a appelé les participants à réfléchir aux implications du soutien à la liberté religieuse pour tous les peuples. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Nay a également souligné que, dans le même temps, l'acceptation de la liberté religieuse pour tous – pour ceux qui croient et ceux qui ne croient pas – peut amener les membres d’église à remettre en question leur comportement à l'égard d'autres groupes. Il a expliqué que si les gens ont le droit de remettre en question une loi pour des raisons purement laïques, ils doivent être très prudents lorsqu'ils utilisent des arguments religieux pour s'opposer à un projet de loi particulier.

« La question est de savoir dans quelle mesure il est permis, voire équitable, de limiter les droits civils d'autrui en fonction de nos opinions religieuses, a-t-il demandé. Je pense qu'il est incohérent, et certains diraient même hypocrite, de défendre la liberté religieuse tout en s'opposant à l'octroi de droits et de libertés à d'autres personnes qui ne sont pas croyantes et en invoquant des raisons religieuses pour justifier cette position. »

Le 21 août, les participants suivent les débats lors de la soirée d'ouverture du 9ème Congrès mondial de l'IRLA à Silver Spring, dans le Maryland, aux États-Unis. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
Le 21 août, les participants suivent les débats lors de la soirée d'ouverture du 9ème Congrès mondial de l'IRLA à Silver Spring, dans le Maryland, aux États-Unis. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

UN IMPÉRATIF MORAL

Après l'exposé de Nay, Ganoune Diop, secrétaire général de l'IRLA, a présenté une vision globale de la liberté religieuse, qu'il a définie comme « le droit de professer, de pratiquer et de propager ses croyances sans contrainte, ni intimidation, ni manipulation ». La liberté religieuse est « la liberté de ne pas être contraint de faire quelque chose qui va à l'encontre de ses convictions profondes ou de sa conscience, a déclaré Diop. C'est une pièce maîtresse qui occupe une position centrale parmi les libertés et les droits. »

Diop a souligné que la création de l'IRLA il y a 130 ans ​​« est liée à la conviction que la liberté religieuse est un impératif moral » qui « fait partie de l'image de Dieu dans l'homme ». Il a souligné que « la liberté est constitutive de ce que nous sommes censés être. Sans liberté, nous sommes incomplets.... [Et] la détermination à faire connaître la liberté de pensée, de conscience et de croyance est nécessaire à ce que cela signifie être un être humain. »

Dans le cadre du programme d'ouverture, le secrétaire général de l'IRLA, Ganoune Diop, a parlé d'une compréhension globale de la liberté religieuse fondée sur la foi. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
Dans le cadre du programme d'ouverture, le secrétaire général de l'IRLA, Ganoune Diop, a parlé d'une compréhension globale de la liberté religieuse fondée sur la foi. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

UNE ENTREPRISE PERMANENTE

L'orateur principal du programme d'ouverture était Son Excellence Adama Dieng, ancien sous-secrétaire général de l'ONU et conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU pour la prévention du génocide. Il a parlé d'une compréhension holistique de la liberté religieuse dans un monde de plus en plus polarisé. Dieng, qui a participé aux procès des responsables du génocide rwandais, a rappelé aux participants tout ce qui a été accompli dans le domaine des droits de l'homme et plus particulièrement de la liberté religieuse.

Dans le même temps, Dieng a souligné tous les défis qu'il reste à relever pour lutter contre les violations persistantes de la dignité des personnes dans le monde. « Malheureusement, ces droits [à la liberté religieuse] sont constamment violés par des acteurs gouvernementaux et non-gouvernement », a-t-il reconnu, citant des exemples contemporains dans plusieurs endroits du monde. Il a ensuite appelé à l'action pour relever les défis actuels.

Son Excellence Adama Dieng, ancien sous-secrétaire général des Nations Unies, a été l'orateur principal de la soirée d'ouverture du 9e Congrès mondial de l'IRLA le 21 août. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
Son Excellence Adama Dieng, ancien sous-secrétaire général des Nations Unies, a été l'orateur principal de la soirée d'ouverture du 9e Congrès mondial de l'IRLA le 21 août. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Dieng a toutefois ajouté que l'intolérance et la discrimination « ne peuvent pas être simplement prévenues ou éliminées par des mesures stratégiques. La réflexion et l'élimination de l'intolérance fondée sur des attitudes et des pratiques nécessitent une éducation permanente et un dialogue interconfessionnel. »

Parmi les autres orateurs principaux de l'événement figuraient l'ambassadeur Sam Brownback, ancien ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, et Knox Thames, ancien conseiller spécial pour les minorités religieuses au Département d'État des États-Unis.

Le trésorier de la Conférence générale, Paul Douglas, accueille les participants au 9e Congrès mondial de l'IRLA à Silver Spring, dans le Maryland, aux États-Unis, le 21 août. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
Le trésorier de la Conférence générale, Paul Douglas, accueille les participants au 9e Congrès mondial de l'IRLA à Silver Spring, dans le Maryland, aux États-Unis, le 21 août. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Les sessions en petits groupes ont invité les participants à réfléchir sur l'histoire, les défis actuels et les opportunités pour les défenseurs de la liberté religieuse. Les discussions ont porté sur le nationalisme religieux, les attitudes à l'égard des minorités religieuses et les idées d'action. Les participants ont également pris part à une visite des archives nationales américaines à Washington, D.C., ainsi qu'à un banquet de clôture et à une cérémonie de remise de prix dans un bâtiment proche de la Maison Blanche.

À PROPOS DE L'IRLA

L'IRLA a été fondée en 1893 par un groupe d’adventistes du septième jour préoccupés par les persécutions et les discriminations religieuses. L'organisation a été créée pour défendre la liberté religieuse de toutes les personnes, quelles que soient leur foi et leur origine. « L'IRLA s'occupe des questions de liberté religieuse et fournit un soutien et des ressources aux individus et aux communautés confrontés à la persécution, ont déclaré les dirigeants de l'organisation. Elle encourage également le dialogue et la coopération entre les personnes de diverses confessions et convictions philosophiques.

Des interprètes simultanés ont assuré la traduction des débats de l'IRLA en plusieurs langues pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]
Des interprètes simultanés ont assuré la traduction des débats de l'IRLA en plusieurs langues pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

La version originale de cet article a été publiée sur le site de Adventist Review.