Les séminaristes de l'université Avondale participent à une vaste campagne d'évangélisation en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

[Photo : Adventist Review]

South Pacific Division

Les séminaristes de l'université Avondale participent à une vaste campagne d'évangélisation en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

En unissant leurs forces aux 200 autres prédicateurs adventistes, neuf séminaristes de l'université Avondale aident à guider des centaines de personnes à travers les terrains accidentés de la Papouasie-Nouvelle-Guinée vers Jésus.

Nouvelles

Neuf séminaristes de l'université Avondale baptisent, prêchent et enseignent dans le cadre d'une campagne d'évangélisation se déroulant simultanément sur jusqu'à 2000 sites à travers la Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG).

Ils rejoignent environ 200 autres prédicateurs adventistes du septième jour du Pacifique Sud pour PNG pour Christ et officient sur sept sites dans et autour des districts d'Omaura et de Kimi dans la province des Hautes-Terres orientales. Les sites, certains séparés par un terrain montagneux et des routes difficiles, vont de terrains de camping avec des estrades à des chapelles dans des écoles.

Omaura compte environ 8000 membres d'église, mais 2000 autres seront baptisés pendant la campagne, « donc les dirigeants locaux sont ravis de nous avoir ici », déclare Dr. Wendy Jackson, responsable du séminaire Avondale.

Jackson et chaque membre de son équipe—le pasteur Mark Pearce, directeur du Centre de recherche adventiste du septième jour Ellen G White, le conférencier pasteur Neil Thompson, et les étudiants Falepau Aumalaga, Cynthia Barlow, Lindsey Birch, Joshua Contaoi, Benjie Hornales et Davison Munhenga—prêchent un sermon dévotionnel le matin et un sermon évangélique le soir.

Les étudiants le font dans le cadre d'un stage externe pour une classe en évangélisation. « Les journées commencent tôt et se terminent tard », dit le pasteur Thompson. C'est un défi, dit Jackson. « Nous apprenons à être flexibles et à nous attendre à l'inattendu. » Elle est fière des étudiants qui ont relevé le défi. « Ils obtiennent de bonnes réponses à leurs appels. »

La taille de la foule à Onaninka—"une mer de mains" lors d'un appel—intimidait initialement Barlow. Maintenant, cela me dynamise. J'ai perdu certaines de mes inhibitions. Je prêche avec plus d'audace.

Construction de nouvelles salles de classe à l'école d'Omaura.

Construction de nouvelles salles de classe à l'école d'Omaura.

Photo: Adventist Record

Benji Hornales partageant un repas avec les membres de l'église locale.

Benji Hornales partageant un repas avec les membres de l'église locale.

Photo: Adventist Record

Dr Wendy Jackson avec des étudiantes à l'entrée du séminaire adventiste d'Omaura.

Dr Wendy Jackson avec des étudiantes à l'entrée du séminaire adventiste d'Omaura.

Photo : Adventist Record

Contaoi aurait prêché seulement huit sermons s'il était resté avec Hornales à l'école primaire d'Agarabi au nord de Kainantu, une ville dans les Hautes-Terres orientales de la PNG. « Je voulais la voie facile — la moitié du travail. » Au lieu de cela, en remplacement d'un prédicateur qui ne pouvait pas venir, il s'est rendu sur le site le plus éloigné — Aiyamontenu — et a prêché le double de sermons. Il décrit l'expérience comme un « détournement divin ». « Par la grâce de Dieu, j'ai créé des activités mémorables pour les enfants, raccourci les sermons et présenté des appels qui ont conduit à des baptêmes. Cela a été une bénédiction pour moi et, je l'espère, pour ceux ici. »

Munhenga attribue aux membres de l'église locale le grand nombre de baptêmes à Norikori. « Ils ont beaucoup fait et j'ai beaucoup appris. » Par exemple, le premier jour de la campagne, Munhenga a demandé aux dirigeants de l'église quels sujets pourraient intéresser leurs membres. Puis, lors de son premier sermon, il a demandé à ceux dans la foule quelles questions ils souhaitaient voir répondre avant le prochain sermon. « Cela m'a aidé à comprendre mon public et m'a donné confiance en ma prédication. J'ai réalisé qu'ils comprenaient que le salut se réalisait plus par les œuvres plutôt que par la grâce, alors j'ai parlé de l'amour de Dieu. »

L'engagement des foules à Aiyura a impressionné le pasteur Thompson. « Nous sommes à 1600 mètres d'altitude, et on dirait encore la saison des pluies. La brume s'installe comme un épais nuage et parfois il pleut, mais les gens restent assis sous des parapluies à même le sol malgré tout. »

Jackson a aussi ressenti le froid, alors qu'il avait rejoint le pasteur Pearce et d'autres dirigeants locaux à Onaninka pour plusieurs baptêmes de masse. Elle est la première femme à baptiser dans le district. Elle prêche et enseigne également au séminiare d'Omaura où un grand nombre de personnes recherchent la prière. « Plus de la moitié des membres de mon audience réagissent. Je prie avec eux jusqu'à tard dans la soirée. »

PNG pour Christ survient alors que l'église fait face à ce qu'elle décrit comme une « crise excitante ». Les programmes de discipleship, les groupes de maisons créées pendant les confinements du COVID, et les études bibliques en petits groupes ont conduit à une augmentation significative du nombre de participants aux services de culte, dans plus de 6000 nouvelles églises branches.

Les séminaristes d'Avondale sont arrivés en Papouasie-Nouvelle-Guinée le 22 avril. Ils sont rentrés le 12 mai 2024.

L'article original a été publié sur le site des nouvelles de la Division du Pacifique Sud, Adventist Record.