Le festival du film Sonscreen 2024 révèle la puissance du cinéma basé sur la foi, mettant en avant les talents émergents.

[Photo : Pieter Damsteegt]

Le festival du film Sonscreen 2024 révèle la puissance du cinéma basé sur la foi, mettant en avant les talents émergents.

Le festival a été créé par la Division nord-américaine des adventistes du septième jour comme le rassemblement annuel pour les jeunes créatifs passionnés par l'utilisation du cinéma pour la sensibilisation sociale, la diffusion évangélique et le divertissement enrichissant.

Une pièce encombrée et jonchée de déchets. Un homme brisé luttant contre la drogue et l'alcool, hanté par le suicide de son père. L'église comme lieu de douleur et de guérison.

Voici quelques scènes provocantes de « Refuse », le premier film présenté au festival du film Soncreen, le 22e festival annuel du film pour jeunes cinéastes chrétiens de la Division nord-américaine (NAD). Intégré dans ce film d'horreur basé sur la foi, le message était que l'amour peut chasser nos démons. « Refuse » était l'un des sept films professionnels, incluant un film lauréat d'un Academy Award®, projeté aux côtés de 40 films d'étudiants, à l'église de l'université Loma Linda en Californie, aux États-Unis, du 4 au 6 avril 2024.

Les dirigeants de Sonscreen donnent le ton pour l'inclusion et le respect dès le premier jour. « Sonscreen est un espace sécurisé où vous pouvez partager votre voix créative et discuter de problèmes complexes », a déclaré Julio C. Muñoz, directeur exécutif de Sonscreen et directeur adjoint de la communication de la NAD. Il a ajouté que, quel que soit votre passé ou votre vision du monde, « Vous êtes les bienvenus ici. Vous avez votre place ici. »

Lors de sa session, l'acteur, écrivain et réalisateur de « Refuse », Kenneth Chang, a souligné : « S'il y a un endroit où vous pouvez être totalement intrépide, c'est dans le récit. » Après la projection et la séance de questions-réponses, Chang, un pasteur formé au séminaire Fuller, a passé du temps à discuter avec des cinéastes étudiants. Cela représentait une tendance suivie par chaque cinéaste professionnel lors de l'événement de cette année — en plus des moments prévus pour l'engagement.

Sonscreen a offert plusieurs opportunités de réseautage et de développement professionnel, incluant des conférences de carrière par des cinéastes expérimentés et un nouveau « déjeuner avec un professionnel ». La troisième compétition annuelle de pitch a offert aux cinéastes émergents un financement pour leurs projets.

Le festival s'est conclu par une réception très attendue et une cérémonie de remise des prix où 13 récompenses pour étudiants ont été distribuées alors que les participants encourageaient leurs pairs. Les films étudiants ont été reconnus dans six catégories — court métrage dramatique, court métrage documentaire, court métrage comique, art/expérimental, court métrage d'animation, court métrage de lycée et un prix du choix du public.

Des récompenses supplémentaires incluaient le tout nouveau « prix de la voix émergente » et le « prix de la vision Sonscreen », présentés pour la première fois depuis 2019. Alors que le jury a, les années précédentes, honoré un film avec un prix spécial, le festival de cette année a présenté quatre prix spéciaux du jury distincts pour les réalisations en recherche d'archives, en narration créative, en style visuel et en écriture. Le juré et scénariste Ryan Dixon a annoncé les prix spéciaux du jury lors de la cérémonie et a expliqué que les membres du jury se sentaient obligés de présenter les récompenses supplémentaires en raison de la haute qualité du travail des étudiants.

Le "Prix Vision Sonscreen" a été décerné à Rajeev Sigamoney, directeur du département des arts visuels du Pacific Union College (PUC), pour ses contributions à Sonscreen au cours des 22 dernières années.
Le "Prix Vision Sonscreen" a été décerné à Rajeev Sigamoney, directeur du département des arts visuels du Pacific Union College (PUC), pour ses contributions à Sonscreen au cours des 22 dernières années.

Le dernier prix de la soirée, le « Prix Vision Sonscreen », également nouveau, a été décerné à Rajeev Sigamoney, président du département des arts visuels du Pacific Union College (PUC), pour son soutien à Sonscreen depuis sa création (lire plus ici). Un Sigamoney ému a loué Sonscreen pour son soutien à des projets tels que «The Record Keeper» et pour avoir offert à lui et à d'autres artistes de foi un sentiment de communauté. Il a également remercié les organisateurs actuels, y compris Muñoz, le directeur adjoint du festival Rachel Scribner, la productrice du festival Tanya Musgrave, et la directrice de la communication de la NAD, Kimberly Luste Maran.

« Nous t'aimons, Rajeev ! » a crié un étudiant de la PUC, les étudiants de Sigamoney l'entourant alors qu'il terminait son court discours de remerciement.

Les écoles représentées en personne comprenaient l'université Andrews, Hinsdale, Academy l'université La Sierra, l'université Oakwood, le Pacific Union Collège, l'université adventiste Southern, l'université Walla Walla et Richmond Academy. L'université Point Loma Nazarene, un collège d'arts libéraux chrétien à San Diego, en Californie, s'était également inscrite officiellement.

Jacob Capiña, lauréat du prix « Emerging Voice Award », était un cas particulier puisque son académie, Hinsdale, ne dispose pas de programme de cinéma. Il a particulièrement apprécié la possibilité de partager des réflexions et des idées avec des pairs cinéastes. « Cette opportunité de réseautage pour des personnes comme nous dans le monde adventiste a été marquante pour moi », a-t-il déclaré.

Les films couvrent toute la gamme de l'expérience humaine

Les films de Sonscreen ont fait rire, pleurer, sursauter et réfléchir les spectateurs, abordant des sujets tels que le racisme, les droits civiques et d'autres héros méconnus, les défis de la santé mentale, la guerre et les relations familiales. Plusieurs ont exploré la découverte de la vocation de chacun, y compris « Sara Hunter, photographe de naissance », par Nicole Edisa Djirah Sabot, qui a remporté le prix du meilleur court métrage documentaire et le meilleur du festival pour son entrée habile dans le travail peu connu de la documentation du processus de naissance.

Le Sonscreen 2024 était rempli de films et de diverses opportunités éducatives ou de réseautage. Ici, le public écoute attentivement.
Le Sonscreen 2024 était rempli de films et de diverses opportunités éducatives ou de réseautage. Ici, le public écoute attentivement.

Un autre thème récurrent était l'authenticité, comme dans « Pics » qui s'inspire de l'expérience de l'étudiante de l'université Oakwood, Hannah Browning, révélant publiquement son alopecia. Après que « Pics » ait remporté le prix du meilleur court métrage dramatique, Browning a déclaré : « Ce n'est pas seulement une question de récompenses. Ce qui m'a le plus touché, c'est la manière dont « Pics » a ému les gens. Je vois le prix comme un rappel tangible de cela. »

Les participants de Sonscreen ont également utilisé le cinéma comme un moyen d'explorer leur foi. Par exemple, « Pics » mettait en avant une affiche ornée de l'inscription « je suis une créature si merveilleuse » (Psaume 139:14). Le film lycéen gagnant « Sa bénédiction », issu de la classe de cinéma de Richmond Academy, a utilisé efficacement un écran divisé pour contraster la vie avec et sans le sabbat. Il a été inspiré par l'expérience de la réalisatrice Nicole Da Luz qui a perdu, puis retrouvé, le don du sabbat lorsque sa famille a cessé temporairement de fréquenter l'église après que celle-ci a déménagé aux États-Unis en provenance du Brésil.

En parlant de son expérience globale à Sonscreen, Da Luz a dit, « C'est vraiment intéressant de voir l'étincelle dans les yeux de chacun lorsqu'ils parlent de leurs films, ou lorsqu'ils voient un film qu'ils apprécient. … Je veux donner à quelqu'un une raison d'avoir cette étincelle. »

Chase Smith, étudiant à l'université de Walla Walla, a partagé que la production de « Miracles », sur sa lutte contre la leucémie étant enfant, l'a aidé à réfléchir sur sa foi. « Je dois constamment me rappeler que j'ai de la chance d'être ici. Et j'ai un but, faire ces films », a déclaré Smith. Il espère partager des « messages qui peuvent aider les gens » tout au long de sa carrière.

La dimension ambitieuse des films professionnels

Sonscreen a intégré des films professionnels tout au long de l'événement que les organisateurs souhaitaient être source d'inspiration. Plusieurs provenaient d'entités adventistes, telles que « Life on the Line : Finding Hope in Ukraine », une production de Advancement Films de l'université de Loma Linda mettant en lumière le travail de la clinique adventiste Angelia en Ukraine déchirée par la guerre ; ce film a notamment aidé à lever 4 millions de dollars pour un hôpital pour enfants.

La rencontre avec les acteurs du film professionnel "The Color of Threads" qui a été présenté en première le vendredi soir fut un moment spécial pour les participants de Sonscreen 2024. Ils sont ici photographiés avec Rachel Scribner (tout à droite), directrice adjointe de Sonscreen.
La rencontre avec les acteurs du film professionnel "The Color of Threads" qui a été présenté en première le vendredi soir fut un moment spécial pour les participants de Sonscreen 2024. Ils sont ici photographiés avec Rachel Scribner (tout à droite), directrice adjointe de Sonscreen.

The Color of Threads”, sur cinq femmes tisserandes tentant d'échapper à leur passé, réalisé par Richard Ramsey et co-créé, produit et écrit par Josie Henderson, diplômée de l'université Walla Walla, a été présenté en première à ce festival de cette année. C'est l'un des projets collaboratifs en cours entre Sonscreen Films et les universités adventistes.

Pour une quatrième année, Sonscreen a présenté des films professionnels en partenariat avec l'Institut Windrider, une communauté de cinéastes de différentes confessions qui se réunissent au Festival du Film de Sundance pour regarder des films et discuter de l'intersection entre le cinéma et la foi. La plupart de ces cinéastes étaient présents à Sonscreen, y compris Mikaela Bruce (« Not Afraid », sur les femmes autochtones assassinées et disparues) et Chang (« Refuse »).

La collaboration de Sonscreen avec Windrider a également permis aux participants de profiter du documentaire court métrage récompensé par un Academy Award®, « The Last Repair Shop », qui raconte les histoires de techniciens aidant le district scolaire unifié de Los Angeles à continuer de fournir gratuitement des instruments en bon état de fonctionnement aux élèves des écoles publiques de la maternelle à la terminale. Dans une interview préenregistrée avec le professeur Jerry Hartman de l'université Walla Walla, le cinéaste Ben Proudfoot a partagé ces idées précieuses : 1) reformuler le rejet ; 2) avoir un plan de carrière à long terme ; et 3) s'entourer de personnes qui croient en vous.

Des opportunités élargies d'apprentissage et de réseautage

Le festival de 2024 a élargi ses outils de développement de carrière. « LA Luncheon with a Professional » [Déjeuner LA avec un professionnel] était une nouvelle session populaire permettant aux participants de s'asseoir à une table avec des professionnels dans tous les aspects de la réalisation de films, que ce soit la cinématographie, la réalisation, la réalisation de documentaires, le droit du divertissement, la production ou l'écriture de scénarios, en petits groupes.

Ruslan Zavricicio, qui était assis avec un directeur narratif professionnel, a déclaré : « C'était vraiment utile d'avoir ce dialogue avec un professionnel et de se sentir suffisamment en sécurité pour partager vos pensées, vos peurs, vos inspirations et vos espoirs concernant la réalisation. »

Lors de la session populaire "Déjeuner LA avec un professionnel" lors du Sonscreen 2024, les participants ont recueilli la sagesse de professionnels de l'industrie tels que Talia Shea Levin, scénariste/réalisatrice/productrice.
Lors de la session populaire "Déjeuner LA avec un professionnel" lors du Sonscreen 2024, les participants ont recueilli la sagesse de professionnels de l'industrie tels que Talia Shea Levin, scénariste/réalisatrice/productrice.

Le concours de présentation a offert aux étudiants l'opportunité de partager leur vision avec un public en direct et un jury. Les prix en espèces était 3 500 $ pour la première place, de 1 500 $ pour la deuxième place, 750 $ pour la troisième place, et 250 $ pour un prix du choix du public, basés sur des présentations incluant le budget, le public, le marketing et la distribution. Les films sur la gentrification et le déplacement commercial ont remporté les principaux prix.

Javad Karimabadi, qui a remporté le prix du choix du public pour un film sur la réparation d'une relation père-fils éloignée, a déclaré, « [Sonscreen] m'a [aidé à voir] de quoi je suis capable, notamment en termes de développement créatif et des projets sur lesquels j'ai travaillé lors du pitch. »

L'un était « A Networking Story » par Simon Knobloch, un producteur, réalisateur et enseignant à l'Institut SAE en Allemagne. Il a expliqué que le mot allemand pour relation est beziehung, et selon un dicton courant, quelqu'un a utilisé la Vitamine B — B pour beziehung — c'est-à-dire, a réussi quelque chose en capitalisant sur les relations.

Knobloch a partagé des histoires de réussite en matière de réseautage. Par exemple, en tant que producteur créatif pour la série télévisée Daniel de Hope Media Europe, il a trouvé toute l'équipe à travers des connexions scolaires, bénévoles ou professionnelles. « Ne sous-estimez jamais une personne que vous rencontrez », a-t-il déclaré. Il a également parlé de l'accès à des matériaux difficiles à obtenir pour un épisode sur les manuscrits de Qumran (les rouleaux de la mer Morte) après avoir prié et contacté à froid un chercheur allemand de la Bible. Avec émotion, il a souligné un autre point : « Vous ne devriez jamais sous-estimer la connexion que vous avez avec le ciel. »

Parmi les autres présentations éducatives, Richard L. Ramsey a parlé de son prochain film « Unsung Hero », sur l'ascension musicale de « For King and Country » (Joel et Luke Smallbone) et Rebecca St. James ; et Julian Curi, qui a donné un compte rendu sincère des hauts et des bas de la réalisation de films en mode DIY après la projection de son film, « Gruff », un court métrage d'animation en papier découpé sur l'apprentissage de l'acceptation de l'amour sous différentes formes.

Enfin, en parlant de son parcours pour sécuriser un accord de distribution pour son film, « All the Wrong Ingredients », après une année de participation à des festivals, Nicholas Livanos, le professeur de l'université adventiste Southern, a fait l'éloge de Sonscreen pour son organisation exceptionnelle et ses aspects techniques. Mais le plus impressionnant, a-t-il dit, est la communauté qu'il favorise.

Livanos a conclu, « J'ai vu notre enthousiasme pour les films cultes de Star Wars réalisés par des lycéens. J'ai vu des étudiants remporter des prix avec humilité et grâce, ce à quoi je ne peux qu'aspirer. Et j'ai vu la compétition pour ces prix passer au second plan face à la camaraderie entre nouveaux amis et anciens. J'ai été bouleversé par l'amour qui émane des gens ici. Merci pour vos films. Merci pour votre travail acharné. Merci d'être exactement vous-même tout en servant désintéressément une cause plus grande que vous. »

La liste des lauréats

Le meilleur du festival
Sara Hunter: Birth Photographer | Nicole Edisa Djirah Sabot

Prix Vision Sonscreen
Rajeev Sigamoney

Prix spécial du jury : Réussite en recherche d'archives
The Man Who Killed Jim Crow | Fitzroy Powell

Prix spécial du jury : Réussite en narration créative
The Prince of Cinema | Nick Radivojevic

Prix spécial du jury : Réussite dans le style visuel
Evelyn | Megan Lira

Prix spécial du jury : Réussite en écriture
Minority Report | Dylan Sails et Melaney Klinedinst

Prix de la Voix Émergente
Playplace | Jacob Capiña

Prix du Choix du Public
Inner Space | Josué Hilario

Meilleur court métrage dramatique
Pics | Hannah Browning

Meilleur court métrage documentaire
Sara Hunter: Birth Photographer | Nicole Edisa Djirah Sabot

Meilleur court métrage comique
Dingus Saves the World | Kamden Dockens

Meilleure œuvre d'art/expérimentale
Words Have Power | Tristen Campbell

Meilleur court métrage d'animation
Levitation Kit | Rileigh Juba

Meilleur court métrage de lycée
His Blessing | Nicole Da Luz

À propos du Festival du Film Sonscreen

Le festival a été créé et est sponsorisé par la Division nord-américaine des Adventistes du Septième Jour comme le rassemblement annuel pour les jeunes créatifs passionnés par l'utilisation du cinéma pour créer des productions opportunes et pertinentes pour la sensibilisation sociale, la portée évangélique, et le divertissement créatif et inspirant.

L'article original a été publié sur le site web de la Division nord-américaine.