La rivière change miraculeusement son cours et deux familles adventistes sont sauvées.

La rivière change miraculeusement son cours et deux familles adventistes sont sauvées.

Le vendredi 28 octobre, les aumôniers faisaient le tour des personnes touchées par la tempête Fiona de la Rivière des Pères, lorsque le pasteur GGG et moi-même avons rendu visite à la sœur XX. Elle a décrit l'impact que la tempête avait eu sur elle sur le plan émotionnel et était reconnaissante que les aumôniers soient présents pour écouter son histoire. Elle avait plus à raconter, même si elle a eu la chance, au début, de rencontrer d'autres aumôniers et psychologues. Elle voulait vraiment expliquer comment sa foi en Dieu l'a soutenue pendant cette épreuve. Lors des premières rencontres, elle était mal à l'aise parce que certains assistants n'étaient pas prêts à accepter qu'elle s'accroche à la promesse de Dieu : « Quand tu traverseras les eaux, elles ne te submergeront pas », alors que beaucoup se pendaient aux arbres et aux murs pour échapper aux eaux furieuses.

Mme XX est adventiste du septième jour depuis plus de 40 ans. Elle est membre de l'église Saint Robert de Baillif. Son mari y assiste à l'occasion mais n'est pas membre de la famille adventiste. La nuit de la tempête, son mari l'a laissée seule dans une maison de trois chambres, de style bungalow, pour déplacer la voiture sur un terrain plus élevé. L'eau lui arrivait déjà aux chevilles dans la maison et elle s'est appuyée contre la porte principale, priant et espérant que son mari revienne bientôt. Elle a déclaré : « Tout ce dont je me souviens, c'est d'avoir répété les promesses que Dieu m'avait faites et j'étais sûre que ma foi me sauverait. » Lorsqu'on l'a interrogée sur l'absence de son mari, elle a répondu qu'elle ne se sentait pas seule dans la maison. Par ses prières, elle ressentait une présence sereine, qu'elle attribuait aux anges de Dieu qui l'assistaient. Toutefois, lorsqu'elle a été interrogée sur ce qu'elle pensait de l'endroit où se trouvait son mari et sur ce qu'il pouvait ressentir, sachant qu'elle était seule dans la maison, elle a répondu qu'il devait répondre lui-même à cette question.

La rencontre avec M. XX, qui a eu lieu le dimanche suivant, a révélé comment Dieu était à l'œuvre pour sauver les membres des deux familles adventistes qui se trouvaient juste sur le passage de cette rivière furieuse qui avait débordé de ses berges. M. XX a expliqué que lorsqu'il était perché sur le mur à environ 90 mètres de sa maison, il a regardé la rivière descendre en furie, transportant un énorme bateau et plusieurs rochers visant directement sa maison. Soudain, la rivière a fait un virage à 90 degrés et a remonté la pente à seulement 6 mètres de sa maison. Avec l'aide des aumôniers, il a reconnu qu'en effet la main de Dieu avait dû influencer ce changement de cours. À partir de ce moment, M. XX a reconnu qu'un miracle s'était produit. Il a déclaré : « À trois reprises, j'ai vu le bateau se diriger droit vers ma maison et faire demi-tour à environ 15 mètres de distance ». Finalement, le bateau a remonté le courant pour s'arrêter sur une petite île de sable créée par la rivière tumultueuse.

C'est à ce moment de la conversation que M. XX a commencé à réfléchir profondément à la providence du Divin. Alors qu'au début, ses références étaient guidées par une compréhension humaniste de la bonne fortune et de la raison, cette fois-ci, il réfléchit honnêtement : « Il faut prendre au sérieux les affaires de Dieu. » Plus tard, il a admis la folie d'avoir quitté la maison pour sauver la voiture. Cependant, il a aussi réalisé que cela lui avait permis d'être témoin de l'œuvre impressionnante de Dieu en faveur de sa famille. Si Dieu n'avait pas changé le cours de la rivière pour sauver les maisons des deux familles adventistes, elles auraient été détruites par la seule force de la rivière en furie, le poids du bateau ou les rochers. En fait, le seul décès rapporté dans cet incident est survenu lorsque la rivière a emporté une maison située à seulement 90 mètres de la maison de M. XX. Nous avons terminé notre conversation avec M. XX qui a déclaré que Dieu devait être la raison de cette intervention miraculeuse. Il a terminé la rencontre en répétant son aveu précédent : « Je ferai plus attention aux affaires de Dieu. »