Journée de célébration des pasteurs : comment la COVID-19 a affecté le bien-être et la santé mentale des pasteurs

General Conference

Journée de célébration des pasteurs : comment la COVID-19 a affecté le bien-être et la santé mentale des pasteurs

Au cours des 18 derniers mois, les pasteurs et les responsables des églises adventistes du septième jour ont été confrontés à des défis sans précédent face à la COVID-19, aux confinements généralisés et à d’autres tragédies. Puisqu’aujourd’hui, c’est la Journée de célébration des pasteurs (sabbat 9 octobre), nous aimerions souligner et affirmer la résilience, la détermination et le travail acharné des pasteurs, le travail qu’ils continuent de mener à travers le monde pour répandre la bonne nouvelle et prendre soin de leurs congrégations. Après avoir passé un total de 250 jours en confinement – plus que n’importe quelle autre ville dans le monde [1] – les pasteurs de Melbourne (Australie) ont innové pour continuer les programmes de l’église malgré les restrictions continues empêchant tout contact personnel.

« C’est un véritable périple que nous avons vécu ces deux dernières années », explique le secrétaire adjoint de l’Association pastorale de la fédération de Victoria, le pasteur Justin Bone. « Les pasteurs ont été incroyablement résilients et flexibles et ils se sont adaptés si rapidement. Une semaine ou deux après le début du confinement, presque tous les services religieux étaient en ligne. Je m’asseyais à la maison et j’avais dix pasteurs qui prêchaient sur mon écran en même temps ! », dit-il en riant. « C’était vraiment incroyable. Une phrase me venait à l’esprit : « On ne peut pas confiner le Saint-Esprit ! ».

Malgré la motivation et la positivité initiales, au fil du temps, l’ouverture et la fermeture constantes de la ville et la controverse croissante autour du vaccin se sont avérées difficiles. 

« Nous essayons de faire en sorte que nos églises restent concentrées sur la mission que Dieu a pour nous, mais certains pasteurs ont affirmé que les églises ‘languissaient’ », poursuit le pasteur Bone. « Elles ne sont pas déprimées mais ont toujours le sentiment qu’il manque quelque chose ; elles ne sont pas heureuses. »

Malgré les revers constants, les déceptions et les annulations, le pasteur Bone dit avoir vu plus de créativité dans cette deuxième vague de la pandémie. « J’ai vu des églises organiser des séances créatives sur Zoom où elles se réunissent pour faire de l’art. D’autres églises ont mis en place des programmes d’exercice physique ou organisé des activités sociales en ligne. »

Le pasteur Morgan Kochenower, pasteur de l’église adventiste du septième jour de Frederick dans le Maryland, aux États-Unis, a également fait l’expérience directe de ce type de créativité, et affirme que cela a ouvert les portes à de nouveaux contacts et opportunités. 

« La COVID nous a empêchés de nous réunir à l’église comme nous en avions l’habitude pendant 6 à 7 mois », explique-t-il. « Pendant 3 ou 4 mois, je rendais visite à plusieurs membres de l’église chaque sabbat matin et je leur apportais des beignets. J’ai probablement visité 30 à 50 familles pendant cette période. J’ai même appris à connaître la caissière de Dunkin Donuts et je l’ai invitée à l’église ! Une dame adorable. C’était une période difficile car les gens ont des points de vue et des idées différents sur la façon de gérer la situation, mais j’ai aussi vu le cœur des gens s’ouvrir à Jésus et espérer en Lui. »

Crédit photo : Église adventiste du 7e jour de Frederick
Crédit photo : Église adventiste du 7e jour de Frederick

Bien que les lois du confinement dans le Maryland aient empêché les gens de se réunir dans les églises, ils ont pu se réunir et pratiquer la communion fraternelle en petits groupes, ce qui a ouvert de nouvelles possibilités pour les gens de nouer des liens, de créer un garde-manger et même d’organiser une réunion de prière suite à la mort de George Floyd. 

« Tout comme Samson qui a fait tomber les portes de la ville philistine, je crois qu’à travers la COVID, Jésus a fait tomber les portes de toutes nos communautés. Dieu s’est servi de certains de nos membres pour démarrer une banque alimentaire. Nous sommes maintenant en mesure d’aider au moins 80 familles une fois par mois. Nous avons également loué le terrain de baseball de la ligue locale et nous nous sommes associés à une église baptiste située de l’autre côté de la rue. Le nom du pasteur est Billy Graham », dit-il en riant. « C’était puissant. Dieu a vraiment béni et son esprit s’est déversé. Dieu a ouvert tellement de portes pour que cette église s’implique dans la communauté, et c’est très sérieux. »

Crédit photo : Église adventiste du 7e jour de Frederick
Crédit photo : Église adventiste du 7e jour de Frederick

Alors que la COVID a permis à l’Église adventiste du septième jour de Frederick de se connecter à sa communauté de nouvelles façons, les pasteurs de Sydney, en Australie, qui ont été enfermés pendant plus de 100 jours consécutifs ont eu beaucoup plus de difficulté pour se réunir.

« Nous avions l’habitude d’organiser des événements pour nous connecter aux jeunes de toute la fédération mais nous n’avons pas été en mesure d’en avoir beaucoup », explique le directeur de la Jeunesse de la fédération du Grand Sydney, le pasteur Simon Gigliotti. « Ces rencontres alimentent notre ministère et la plupart d’entre elles sont conçues pour former les jeunes au ministère au niveau de l’église locale également. Cela a été un vrai défi de se connecter avec les gens sur le terrain », explique-t-il. 

Avec tant d’options pour regarder les services de culte et consommer du contenu chrétien en ligne, le pasteur Gigliotti dit qu’un engagement constant s’est également avéré difficile.

« Nous avons carrément annulé certains événements simplement parce que nous avons senti que les gens ne voulaient plus être sur Zoom », dit-il. « Je veux dire, vous pourriez probablement regarder Craig Groeschel le matin et aller à la plage l’après-midi. Vous n’avez pas besoin d’aller à l’église. C’est loin d’être la même chose qu’un rassemblement de jeunes où vous pouvez voir les gens en personne. »

Lorsque le pasteur Gigliotti a pu organiser des événements entre les confinements et les restrictions, il affirme que c’était un processus très éprouvant. « Chaque événement avait désormais non seulement sa logistique normale avec la gestion habituelle des risques, mais aussi une logistique COVID. Deux ans étaient comparables à quatre ans dans ce domaine », dit-il en riant. « Essayer de gérer les camps d’été était vraiment stressant avec les changements de lieux, les annulations, tant d’incertitudes. Mais je suis toujours encouragé parce que Dieu savait que tout cela allait arriver. J’ai toujours cette assurance qu’Il a un plan général. J’ai été témoin de beaucoup de bénédictions et de victoires au milieu des luttes ».

Omar Oliphant, pasteur des églises de Hagley Park et Oak Glades dans la fédération de l'est de la Jamaïque, convient qu’il a été très contraignant d’essayer d’élaborer une nouvelle stratégie dans le ministère en période d’incertitude. 

« La vérité est que tous ces efforts de pivotement ont eu un impact extraordinaire sur mon temps, ma famille et mon bien-être personnel », déclare-t-il. « Les réunions se font maintenant presque toujours par le biais de la technologie et peuvent durer toute la journée. La pandémie a affecté notre ministère en raison des restrictions imposées par le gouvernement aux personnes de 60 ans et plus », explique-t-il. « Les ordres de couvre-feu ont eu un impact sur tous nos services, sur la manière dont nous nous engageons auprès de la communauté et dont nous collectons les dîmes et les offrandes. Sur le plan pastoral, nous avons dû amener l’église à adopter une approche multidimensionnelle et collaborative. »

Le pasteur Oliphant affirme que sa stratégie des sept piliers l’a considérablement aidé à rester concentré et conforme à sa mission. Ceci lui a permis de superviser la distribution de plus de 600 colis de soins, de donner des formations en leadership et en savoir-faire aux membres de l’église, d’apporter des améliorations concrètes au bâtiment de l’église, de mettre à niveau la technologie de l’église, de produire une nouvelle application et de baptiser de nouveaux membres, entre autres.

Crédit photo : églises de Hagley Park et Oak Glades de la fédération de l'est de la Jamaïque
Crédit photo : églises de Hagley Park et Oak Glades de la fédération de l'est de la Jamaïque

« Il y a eu de nombreuses fois pendant la pandémie où je me suis senti fatigué, plus que la normale, mais le fait de prendre des pauses aide. Ma lecture ajoute une autre dimension au soulagement du stress et la présence de ma famille et les moments de rapprochement m’ont permis de rester à flot », dit-il.

Pour le pasteur Kochenower, la famille a également joué un rôle crucial dans sa capacité à naviguer durant la pandémie. « Jésus est fidèle. Il nous soutient et nous trouvons notre force en lui. J’ai vu la plus grande révélation de l’amour de Jésus à travers ma femme qui s’occupe à plein temps de sa mère atteinte de sclérose en plaques et placée en soins palliatifs. Le cantique des cantiques dit que les épouses sont une source d’eau. Ma femme m’a vraiment donné la vie et m’a rafraîchi », dit-il. 

Le pasteur Gigliotti soutient l’idée que le fait de consacrer du temps à la famille joue un rôle important dans le maintien de la stabilité et de la santé mentale pendant les crises. « Je dévoue du temps également à la méditation quotidienne », dit-il. « C’est ce qui m’aide le plus. Au début de la pandémie, un mentor a décelé chez moi certains stades précoces d’épuisement professionnel, et j’ai donc dû mettre en place de manière plus intentionnelle de nouvelles habitudes afin de prévenir ce phénomène. Aujourd’hui, je mélange dans mon emploi du temps des jours ‘rouges’ (à fond) et des jours ‘verts’/‘jaunes’ (plus lents) quand je peux. Depuis que je fais cela, mon niveau d’énergie est remonté. J’accorde également une grande importance à ma santé et à ma forme physique ! »

De façon générale, le pasteur Bone dit que si la plupart des pasteurs sont soucieux de mettre en place des stratégies qui les aideront à traverser la pandémie, il a vu plus de pasteurs utiliser les coupons de conseils fournis par sa fédération locale.

« Certains pasteurs ont des difficultés. Nous ne savons pas qui utilise les coupons de conseils, mais ils sont un peu plus utilisés, comme nous pouvions nous y attendre. J’encourage vraiment chaque membre d’église à prier pour son pasteur ou simplement à lui donner une carte pour le remercier ! J’en ai une collection. Je suis un grand fan de la Journée de célébration des pasteurs, évidemment. Nous voulons simplement être vus et appréciés, et un simple merci signifie souvent beaucoup. »

Pour des idées sur la façon de montrer à votre pasteur que vous vous souciez de lui aujourd’hui, consultez Elders Digest.  

[1] https://www.theage.com.au/national/victoria/melbourne--the-worlds-most-locked-down-city-20211001-h1yx4h.html