L'une des plus grandes rencontres missionnaires et volontaires de l'Église adventiste atteint sa sixième édition. [Crédit Photo : Disclosure]

South America

Depuis plus d'une décennie, « J’irai » unit les cultures et réaffirme la mission de l'Église

Depuis 2011, près de 15 000 personnes se sont impliquées dans cette rencontre internationale.

Brazil | Jefferson Paradello

Sous une température d'environ 30°C (86°F), des milliers de personnes colorent les avenues de l’université adventiste de Bahia (FABDA), à Cachoeira, dans l'intérieur de l'État. Venus de plus de 50 pays, ils se rendent sur place avec un intérêt commun : apprendre et partager les moyens de contribuer à la mission de l'Église adventiste du septième jour dans le monde entier.

Au sein du groupe, on trouve des personnes ayant déjà une certaine expérience du bénévolat et de la mission, notamment en servant dans d'autres cultures. Et puis, il y a ceux qui cherchent à faire leurs premiers pas et à découvrir les possibilités d'utiliser leurs dons et leurs talents pour répondre à des besoins spécifiques et parler de Jésus.

Miguel Mamani, un étudiant âgé de 24 ans, a déjà participé à plusieurs projets missionnaires dans son pays, la Bolivie, mais aussi en Argentine et au Paraguay. Pour lui, cela revêt une signification particulière. « La mission, c'est plus que d'être dans un endroit spécifique, c'est plutôt un style de vie », souligne-t-il.

L'objectif de Mamani est d'en savoir plus sur le sujet et de connaître les projets missionnaires que l'Église développe en Amérique du Sud et dans le monde. Par ailleurs, il veut comprendre comment il peut être utile dans son milieu et dans d'autres régions.

Clara Liz, étudiante, a également vu dans le programme une occasion de mieux servir les autres. « J'ai toujours aimé les aider. Quand j'ai vu les projets de Maranatha [Volontaires internationaux] sur TV Novo Tempo, cela m'a inspirée. Je voulais faire ça », dit-elle. Pourtant, elle avait presque renoncé à l'idée de venir.

Miguel suit une formation en Communication dans la même université où « J'irai » a démarré. [Crédit : Jefferson Paradello]

Miguel suit une formation en Communication dans la même université où « J'irai » a démarré. [Crédit : Jefferson Paradello]

En raison de problèmes personnels qu'elle a rencontrés récemment, le désir de participer à « J’irai » s'affaiblissait. Cependant, Liz a compris qu'à ce moment-là, il n'y avait pas de meilleur endroit où se trouver : « J'ai décidé de venir parce que je veux aider mon prochain, et ici je vais trouver ma voie », affirme-t-elle.

DE CŒUR À CŒUR

L'initiative qui rassemble aujourd'hui 5 000 personnes à Bahia est née, en fait, de façon modeste dans le cœur de deux jeunes gens qui respiraient la mission. Alors qu'ils étaient étudiants en médecine à l’université adventiste del Plata (UAP) en Argentine, Rigoberto Vidal et Daniel Hansen dirigeaient l'Institut missionnaire qui existait sur le campus. Leur désir était d'impliquer davantage d'étudiants dans des activités de cette nature dans le cadre de leur formation universitaire et professionnelle.

Alors qu’il était interne en médecine aux Philippines, Hansen a rencontré Lester Merklin, alors directeur mondial de l'Institut des missions, et lui a fait part de son souhait de voir l'UAP s'immerger davantage dans la mission. Son rêve était que certaines personnes aient la possibilité d'aller à l'institut pour suivre un cours et ramener des connaissances à partager avec ceux qui étaient restés. Cependant, une autre idée lui est venue à l'esprit : le faire à l'université même.

En août 2010, Hansen et Vidal ont apporté la proposition d'un congrès d'étudiants universitaires pour ceux qui voulaient aller sur le terrain de la mission. L'idée a été acceptée et approuvée. C'est ainsi qu'une mobilisation a commencé pour préparer la première édition pour l'année suivante.

Voir ci-dessous les détails des précédentes éditions de « J’irai » :

2011 – Argentine

Université adventiste del Plata

700 participants

2013 – Argentine

Université adventiste del Plata

1 000 participants

2015 – Brésil

Centre universitaire adventiste de São Paulo

2 000 participants

2017 – Argentine

Université adventiste del Plata

2 000 participants

2019 – Pérou

Université de l’Union péruvienne

3 642 étudiants

VERS LE MONDE ENTIER

Clara, qui vit à proximité de Salvador, n'a pas encore participé dans un projet missionnaire et bénévole mais elle espère que cela changera bientôt. [Crédit : Jefferson Paradello]

Clara, qui vit à proximité de Salvador, n'a pas encore participé dans un projet missionnaire et bénévole mais elle espère que cela changera bientôt. [Crédit : Jefferson Paradello]

Dans la vision du pasteur Stanley Arco – président de l'Église adventiste pour huit pays de l'Amérique du Sud – l'Argentine, le Brésil, la Bolivie, le Chili, l'Équateur, le Paraguay, le Pérou et l'Uruguay ont reçu un héritage en matière de mission, puisque le message adventiste a atteint ces territoires précisément parce que des familles étaient prêtes à quitter leur patrie pour partager ce qu'elles avaient découvert.

Pour Arco, les institutions adventistes, en particulier les institutions éducatives, doivent former pour servir. « Nous avons une dette envers le monde, et nous ne pouvons donc pas regarder uniquement vers nous-mêmes. Nous devons faire en sorte que cet espoir atteigne d'autres endroits, comme la fenêtre 10/40, la Chine et tant d'autres territoires. Nous formons une génération de professionnels à vocation missionnaire », souligne-t-il. « Nous voulons que ces femmes et ces hommes impactent d'autres régions et reviennent pour influencer localement. »

arrow-bracket-rightCommentairescontact