Adventistes juifs et palestiniens trouver l'unité dans la foi, déclare le leader Eglise

Adventistes du septième jour dans la région sont prier pour la paix

Jerusalem, Israel | Bettina Krause

Alors que la crise politique en Israël continue, adventistes du septième jour dans la région prient pour la paix, affirme Richard Elofer, président de l'Eglise adventiste en Israël. Dans un culte spécial dans l'église adventiste de Jérusalem, le samedi 14 Octobre adventistes se sont rassemblés pour demander à Dieu de «l'influence du cœur des deux Yasser Arafat et Ehud Barak, pour arrêter la violence et d'essayer de négocier plus», explique Elofer.

Lorsqu'on lui a demandé si le conflit affecte les relations entre juifs et palestiniens membres de l'église adventiste, Elofer dit: "Bien sûr, le cœur des membres juifs seront avec leurs frères et sœurs, et les cœurs des membres palestiniens seront avec leurs frères et sœurs . Mais même si nous n'avons aucune difficulté, parce que nous croyons tous en celui que Jésus, nous prions ensemble, nous avons l'amour pour l'autre. "

Sur les 8 et 9 Octobre, l'Église adventiste du juif russe à Tel-Aviv a organisé une veillée de prière de 24 heures qui a coïncidé avec le Yom Kippour-le Jour du Grand Pardon juif. Du dimanche soir au lundi soir, dit Elofer, les membres ont prié pour la paix en Israël.

Elofer indique clairement que l'Église adventiste continuera d'avoir «aucune implication politique dans le conflit." Il rapporte aussi qu'aucun des environ 1.000 membres de l'Église adventiste dans la région sont situés dans les zones de conflit. "Pour le moment nous n'avons pas les églises à Gaza ou en Cisjordanie, et il n'y a eu aucun problème dans les églises, à Jéricho, Jérusalem et Nazareth."

Les violences israélo-palestiniennes des deux et demi dernières semaines, qui a laissé plus de 100 morts, a de profondes racines historiques et culturelles, dit Elofer. "J'espère que ce conflit s'arrête, mais je ne vois pas de solution rapidement", ajoute-il. «Il ya tant d'intérêts impliqués, non seulement auprès de personnes vivant en Israël, mais aussi en dehors d'Israël."

Début Septembre 28, la vague actuelle de violence entre Israël et la Palestine a été déclenchée par les émeutes palestiniennes au cours de la visite d'un politicien israélien à un temple de Jérusalem, saint à la fois juifs et musulmans. Un sommet d'urgence de la paix entre les dirigeants au Moyen-Orient, négocié par le président américain Bill Clinton, a convoqué en Egypte sur Octobre 16.

arrow-bracket-rightCommentairescontact